Les âmes vagabondes – Stephenie Meyer

https://i2.wp.com/ebeth-books.cowblog.fr/images/lesamesvagabondes.jpg

Titre original : The Host
Nombre de Pages : 829
Année de parution : 2008
Édition : JC Lattès


Quatrième de couverture / Résumé

La Terre est envahie. L’humanité est en danger. Nos corps restent les mêmes, mais nos esprits sont contrôlés. Melanie Stryder vient d’être capturée. Elle refuse cependant de laisser place à l’être qui tente de la posséder. Quelque part, caché dans le désert, il y a un homme qu’elle ne peut pas oublier. L’amour pourra-t-il la sauver ? Ils n’ont plus le choix : il faut se battre ou mourir.
Extrait

      Le Soigneur s’appelait Marche-sur-les-Eaux.
Parce qu’il était une âme, il était, par nature, bon et mesuré en tout : patient, honnête, vertueux, petri de compassion et d’amour. L’anxiété était une émotion inhabituelle pour lui.
Et l’irritation le gagnait plus rarement encore. Toutefois, parce que Marche-sur-les-Eaux vivant dans un corps humain, ce parasitage émotionnel était parfois inévitable.
Il pinça les lèvres d’agacement en entendant les étudiants du Centre de Soins qui chuchotaient dans un coin du bloc opératoire. C’était une moue incongrue pour une bouche qui d’ordinaire arborait un indéfectible sourire.
Darren, son assistant, remarqua la grimace et lui tapota l’épaule.
– Ils sont simplement curieux, March’, expliqua-t-il à voix basse.
– Une insertion n’a rien d’intéressant, ni d’exceptionnel. N’importe quelle âme saurait le faire en cas d’urgence. Je ne vois pas ce qu’ils espèrent apprendre aujourd’hui ! lâche Marche-sur-les-Eaux, surpris d’entendre ce ton tranchant dans sa voix d’ordinaire douce et suave.
– Ils n’ont jamais vu d’humain adulte…
Le Soigneur leva un sourcil.
– Il leur suffit de se regarder les uns les autres, ou de se planter devant une glace ! Ils n’ont pas de miroir chez eux ?
– Vous savez très bien ce que je veux dire… un humain sauvage. Encore sans âme. Une rebelle.

Avis

Bon, je n’ai parlé de la série Twilight, déjà parce que je l’ai lu il y a maintenant plus de 3 ans sauf le dernier tome dont je n’ai pas eu vraiment l’envie. Même auteur, univers différent. Que dire ? Et bien, j’ai eu énormément de mal à rentrer dans l’histoire. J’ai plusieurs fois voulu abandonner, mais en ce moment je me force à finir tout les livres que je commence. Il s’avère que vers la fin, le livre accroche enfin. Je trouve donc ce livre mitigés mais pas mauvais. Ce n’est pas un livre devant lequel je m’extaserai.. C’est tout de même une vision bien différentes des livres que j’ai lu. Avoir imaginé des âmes et toutes créatures, c’est assez déroutant et dépasse ma propre imagination.

 

Publicités

La stratégie Ender – Le Cycle d’Ender – Orson Scott Card

https://i0.wp.com/ebeth-books.cowblog.fr/images/endertome1.jpg

Titre original : Ender’s Game
Nombre de Pages : 382
Année de parution : 2001
Édition : J’ai lu (Science-Fiction)

Quatrième de Couverture / Résumé

       Il y a cinquante ans, la flotte terrienne a réussi â repousser l’attaque des doryphore… Aujourd’hui pourtant, une nouvelle invasion menace. Un programme militaire pour la formation des futurs commandants de la flotte est en cours, mais le temps est compté. Parmi les élèves-officiers – Tous des surdoués, Andrew Wiggin, dit Ender, focalise toutes les attentions. Appelé à devenir un puissant Stratege, il est le jouet des manipulations supérieurs depuis sa naissance… Et cela le dépasse. Car c’est entre ses mains que repose le sort de l’humanité. et Ender n’a que six ans.


Extrait

       Il n’y avait plus de doute, à présent, dans l’esprit d’Ender. Quoi qu’il affronte désormais, toujours, personne ne viendrait le sauver. Peter était sans doute une ordure, mais Peter avait raison, toujours raison ; le pouvoir de faire mal est le seul pouvoir qui compte, le pouvoir de tuer et de détruire, parce que, si on ne peut pas tuer, on est toujours soumis à ceux qui peuvent, et qu’on ne peut être sauvé par rien ni personne.

p. 253

Quatrième de Couverture / Résumé

Je reste encore sans voix en y repensant. Je l’ai fini mardi matin à 3h, je ne pouvais tout simplement pas dormir sans connaître le fin mot de l’histoire, même s’il y a encore plusieurs tomes qui suivent. Je suis bluffée, sur le cul, autant dire qu’il faut que je m’en remette. J’ai l’impression que je ne serais pas capable de lire un autre livre pendant un petit moment, il faut que je fasse une sorte de deuil.

Après deux tentatives d’invasions consécutives des doryphores sur la planète Terre, les pays cessent de se battre entre eux pour lutter ensemble contre ceux-là. Il faut se préparer contre la troisième invasion, qui ne serait tarder.

Andrew Wiggin, plus communément connu sous le nom d’Ender, est un troisième, c’est-à-dire le troisième enfant. À cette époque, la plupart des pays régule le nombre d’enfant à deux par famille, mais Ender a été « commandé » par l’État pour sauver l’humanité. Une grande tâche pour un petit enfant de 6 ans. Son grand frère, Peter, a été refusé par l’école de guerre dû à sa cruauté, tandis que sa grande sœur, Valentine, a deux ans de moins que Peter est refusé car trop tendre et sensible.

Après avoir vécu pendant trois ans avec un moniteur situé au niveau de la nuque et supposé décider si oui ou non il avait le bon profil pour l’école de guerre, celui-ci fut accepté.

Le colonel Graff, « directeur » de l’école de guerre, vient spécialement sur la terre pour le récupérer. C’est donc là que tout va commencer et où tout ne sera que manipulation et où la seule chose importante est le jeu.

Le but est d’isoler Ender pour qu’il ne puisse que se démarquer encore plus et ne compter que sur lui-même pour qu’il devienne le meilleur, et pour cela ils le pousseront à bout.

Ender est un personnage attachant, il est délaisser par tout le monde, ne peut que se fier à lui-même, toujours trimballé par-ci par-là, il n’a pas une seconde de repos. À chaque fois que la vie devient plus facile, ou plutôt moins difficile, ses supérieurs font tout pour la lui compliquer, quitte à le faire redémarrer de zéro.

Peter est exécrable, on a peur de lui, peur de ses tortures maladives, de sa soif de pouvoir et de souffrance. Alors que Valentine nous rassure, remplis notre cœur de chaleur.

Qu’est-ce que le jeu ? Bonne question, assez compliqué à expliquer tout de même, je ferais donc très simple. Tout se passe dans cette salle en apesanteur, où plusieurs étoiles peuvent servir de boucliers, une porte à chaque extrémité et où le but est de vaincre l’ennemi en le gelant.

Alors, qu’en retirer ? On ne peut se fier encore une fois qu’à soi, et c’est toujours la loi du plus fort qui domine. Ce livre me donne une impression de vide, dans le sens où je ne sais plus quoi penser, je suis encore perdue, difficile de faire une critique, ou même de donner un avis.

Toute l’idée du sens de l’orientation, de la gravitation est superbe, je n’aurai jamais imaginé cela..

En tout cas, je suis encore toute étonnée du dénouement. Je n’y aurai JAMAIS pensé. Je n’aurai jamais cru cela possible et jamais je ne me suis doutée.

En conclusion, une bonne entrée en matière pour moi qui n’a jamais vraiment lu de Science-Fiction. J’ai beaucoup aimé, et j’ai hâte de lire les autres tomes ! Tout petit malus au niveau des batailles un peu trop présentes et dont la visualisation est un peu difficile à mon goût.
Bref, un livre que je recommande !