La Nef du crépuscule – L’Assassin Royal – Robin Hobb

L’assassin du roi – L’Assassin Royal – Robin Hobb

Couverture La Citadelle des ombres, tome 1

Ce livre contient :

L’apprenti Assassin (Assassin’s Apprentice)

L’Assassin du Roi (Royal Assassin)

La Nef du Crepuscule (Royal Assassin)

Nombre de Pages : 1112
Année de parution : 2007
Édition : Pygmalion

Ici je parle de :

L’Assassin du Roi (Royal Assassin)

De la page 423 à la page 739

Couverture L'Assassin Royal, tome 02 : L'Assassin du Roi

Quatrième de couverture / Résumé

      Au château de Castelcerf le roi Subtil Loinvoyant règne sur les Six Duchés ; il est aidé dans sa lourde tâche par son fils Chevalerie qui comme son père et tous les nobles du royaume porte le nom de la qualité que ses parents espéraient le voir développer. Ainsi le frère du Roi-servant s’appelle t’il Vérité et leur demi-frère, né d’un second lit, Royal.

      Suite à une aventure restée inconnue de tous, Chevalerie donne à la lignée un nouveau descendant : un bâtard, dont la simple existence va bouleverser le fragile équilibre qu’avait établi le roi pour contrôler ses turbulents fils. Ce héros malgré lui, nommé Fitz, voit son avenir s’assombrir au fil du temps. Alors que les autres enfants ont déjà leur place à la cour et dans ses intrigues, lui devra la mériter et servir la couronne en devenant ce que personne ne voulait être : l’Assassin royal. Au service de son roi il apprendra les poisons, le meurtre et la trahison..

Extraits

      « Bon, alors, qu’est-ce que je fais ? »
      Burrich sursauta comme si je l’avais tiré du sommeil. « Ce que tu as fai jusqu’à maintenant : manger, dormir, ne pas t’énerver. Et voir ce qui se passe. C’est si terrible ? »
      Je négligeai sa question. « Et si ça ne s’améliore pas ? Si je reste comme ça, à trembler et à piquer des crises à n’importe quel momnt ? »
      Sa réponse fut lente à venir. « Accepte ton sort. Beaucoup de gens doivent s’arranger de bien pire. Toi, tu es en bon état la plupart du temps ; tu n’es pas aveugle, tu n’es pas paralysé, tu as encore toute ta tête. Cesse de te définir par ce que tu ne peux pas faire. Vois plutôt ce que tu n’as pas perdu. »

p.432

Le navire aux esclaves – Les Aventuriers de la Mer – Robin Hobb

https://i1.wp.com/ebeth-books.cowblog.fr/images/ADLMTome2.jpg

Titre original : Ship of Magic
Nombre de Pages : 380
Année de parution : 1998
Édition : J’ai lu


Quatrième de couverture / Résumé

Kyle, désormais aux commandes de la Vivacia, la vivenef récemment éveillée de la famille Vestrit, a décidé de l’utiliser pour transporter des esclaves. Et son impérieuse volonté ne saurait souffrir la moindre opposition. Son épouse Keffria en vient même à douter de son mari quand il veut débaucher leur fille Malta, et obliger leur fils Hiemain à travailler à bord de l’embarcation et à abandonner l’apprentissage qui le destinait à la carrière de prêtre de Sa. Sa belle-sœur Althea, elle, se fait de son côté passer pour un jeune homme et se démène sur le Moissonneur, un navire abattoir. Elle doit prouver à Kyle qu’elle est un véritable marin pour récupérer la Vivacia…

Avis

La suite des Aventuriers de la Mer. Un peu plus entrainant que le tome 1, c’est toujours difficile de vraiment se plonger dans le roman. Heureusement vers la fin, cela devient beaucoup plus facile, et j’espère que ça ne fera que continuer. Toujours les aventures d’Althéa, Hiéman, Kennit, Brashen et autres.. Je n’ai pas trouvé de d’extrait à mettre, j’essayerai d’en trouver un lorsque j’aurai le temps, ce n’était vraiment pas assez « entrainant » à mon gout.

Ce qui est sûre c’est que je déteste de plus en plus Kyle et je prends Hiéman en pitié, mais lui aussi devient très ennuyeux dans le sens où il ne peut se passer de sermonner tout le monde, ce qu’il faut ou ne pas faire. A tout le temps se lamenter sur son sort, même si oui il est difficile.. En ce qui concerne Althéa, je la trouve assez téméraire et très immature.

Je commence tout de même à désespérer que l’histoire devienne plus intéressant…

L’aîné – Christophe Paolini

https://i0.wp.com/ebeth-books.cowblog.fr/images/eldest.jpg

Titre original : The Eldest
Nombre de Pages : 793
Année de parution : 2010
Édition : Bayard (Poche)

Résumé

       La bataille de Farthen Dûr est terminée, et avec cela la mort de Ajihad, le chef des Vardens. Alors que la disparition des jumeaux n’affecte personne, celle de Murtagh laisse une blessure profonde dans le cœur d’Eragon.

       Nasuada est donc élue la nouvelle chef des Varden et compte bien faire valoir son autorité, néanmoins elle devra diriger son peuple vers le Surda, où elle trouvera protection mais où elle pourra aussi réunir ses forces à celles du roi Orrin.

       Alors qu’Eragon est forcé à donner son allégeance à Nasuada, il se retrouve aussi à la donner aux nains.

       Maintenant que la bataille est fini, il est temps pour Eragon de poursuivre son entrainement que Brom n’a pas pu achever, et partir en compagnie d’Orik et Arya chez les elfes. Là-bas son apprentissage continuera autant physique que spirituel.

Avis

       Ce deuxième tome comme le dernier est toujours un peu long, l’auteur nous tient en haleine jusqu’au dernières 40 pages, où toute l’action se passe. Néanmoins, pas une seconde je ne me suis ennuyée, et j’ai beaucoup apprécié tous les aspects, que ce soit son entrainement, son cœur brisé, sa découverte du bien et du mal.

       Ce tome est séparé en trois récits, celui d’Eragon, de Nasuada et de Roran –le cousin-. J’avais un peu peur de la tournure que ça prendrait, toujours un peu frisquette lorsque ce genre de mise en page est appliqué, mais je trouve que C.Paolini s’en est très bien sorti, et a réussi à mener de front ces trois histoires qui finissent toutes par se rejoindre.

       Je ne suis donc pas déçue de ce deuxième tome qui m’a beaucoup surpris, et j’ai hâte de continuer à lire la suite !

Eragon – Christopher Paolini

https://i1.wp.com/ebeth-books.cowblog.fr/images/eragonfr.jpg

Titre original : Eragon
Nombre de Pages : 679
Année de parution : 2007
Édition : Bayard (Poche)

Résumé

       Eragon est un jeune garcon orphelin mais recueilli par le frère de sa mère, Garrow. A 15 ans, il vit donc chez son oncle en compagnie de son cousin. Lors d’une de ses expéditions sur La Crète pour nourrir sa famille, il découvre une étrange pierre bleue, plus dur qu’un diamant, qui se révélera être l’œuf d’un dragon, un dragon du nom de Saphira. Eragon se retrouve lié à Saphira.

       Peu après l’éclosion, les ra’zacs viendront à Carvahall pour trouver ceux-là, tuant au passage Garrow. Suite à cette « visite », Eragon décide de fuir Carvahall en compagnie de Brom, le conteur du village, pour sauver les villageois de Galbotorix, l’empereur malfaisant qui jusqu’alors était le dernier dragonnier jusqu’à l’apparition de Saphira.

       Brom personnage mystérieux, prendra en main l’enseignement d’Eragon, il lui apprendra l’art de se battre, les bases de la magie et bien d’autres choses..

       C’est ainsi que commence l’épopée d’Eragon, poursuivant les Ra’zacs pour venger son père adoptif.

Avis

       C’est après avoir vu le film Eragon, que j’ai décidé de lire ce livre. Une chose était clair, tout allait bien trop vite, tout s’enchainait et je savais que bien des choses manquaient (comme dans toute adaptation..). Alors me voilà lancée dans l’histoire d’Eragon, ce jeune garçon qui est avide de vengeance, un peu téméraire, mais attachant et de sa dragonne Saphira, sage mais ayant le sang chaud.

       Au début, le style me dérangeait un peu, un peu trop enfantin, des clichés un peu trop gros, parfois une trop grande influence de certaines œuvres. Mais peu à peu on se rend compte que la lecture est fluide et avant que l’on ne s’en rende compte, nous avons lu 200 pages ! Si un livre me fait lire autant de pages d’affilées, alors c’est que l’histoire me plait au fond.

       J’ai pu lire l’histoire en français et en anglais, car en plein milieu j’ai perdu le livre et me trouvant aux Royaume-Unis, je n’ai pu que le trouver en anglais. Le style est donc beaucoup plus agréable en anglais, car c’est là que l’on voit que la traduction a été faite assez rapidement.

       J’ai beaucoup aimé ce premier tome qui nous a transportés dans un univers magique. De plus, étant dans la peau d’Eragon qui à la base ne croyait pas aux elfes, nains etc, nous découvront avec lui peu à peu l’univers,  il nous permet de nous fondre dans cet univers beaucoup plus facilement qu’un livre où tout est déjà mis en place à la base et où l’on doit se forcer un chemin pour comprendre tous les mécanismes de l’univers.

       Les personnages sont attachants, tous à leur manière, que ce soit de la haine, de la colère, du bonheur, de la curiosité, de l’amour ou de l’amitié.       

       Pour un livre jeunesse, je le trouve très intéressant et j’ai hâte de le continuer..

Renegade’s Magic – Robin Hobb

https://i2.wp.com/ebeth-books.cowblog.fr/images/TSS3.jpg


https://i0.wp.com/ebeth-books.cowblog.fr/images/LSC678.png

Titre original : Renegade’s Magic
Nombre de Pages : 760
Année de parution : 2007
Edition : HarperCollins

Livres correspondants français aux éditions J’ai Lu
– Le renégat – 347 pages – 2010
– Danse de la terreur – 283 pages – 2011
– Racines – 286 pages – 2011


Résumé

Gernian soldier Nevare Burvelle escapes from prison with some help from his lover, Lisana, who divided his soul so that he could become a Speck mage called Soldier’s Boy. The two personalities now awkwardly time-share Nevare’s body. Using Soldier’s Boy’s powers, Nevare tries to destroy the Gernian road that threatens to ravage the Specks’ forest home, and almost dies from exhaustion. Nursed back to health by Olikea, the Speck woman whose sole duty is to feed him enough to power his magic, Nevare must find a way to keep Gernia from destroying the forest, prevent the Specks from further spreading the plague that has decimated the Gernians and reunite the severed halves of his soul. Hobb’s dreamy prose is sometimes weighed down by a confusing magical system and glacial pacing, but she provides a stunning resolution to this epic fantasy about the importance of environmental and social balance.
Avis

      N’ayant pas le tome 7 sous la main, j’ai décidé que je ne pouvais plus attendre et me suis lancée dans ce dernier tome en anglais ! Nous voici donc « à la fin », les pages décisivent se dressent devant nous, le coeur bat à tout rompre, l’impatience et l’excitation montent d’un cran, on a envie de connaitre la fin.

      Je ne vous parlerai pas de ces tomes séparéments, vu que je les ai « enchainé » dans un seul même livre, donc la moitié en l’espace d’une nuit…Donc si vous n’avez pas tout fini, sachez qu’il y a un gros spoiler !

      Jamère (Nevare) toujours en prison pour des crimes qu’il n’a jamais commis et libéré avec l’aide d’Epinie, Amzil et Lisana, mais il doit s’en aller vers les Oscellions, là où il peut encore avoir une vie et accomplir ce que la magie attend de lui. Sur le route il décide d’utiliser la magie pour ralentir les Gerniens dans la construction de celle-ci puis ayant vidé toute sa magie, s’évanouie au bord de la mort, c’est alors que grâce aux Kaembras sa nourrice Olikéa revient avec Jodoli et sa propre nourrice pour le remettre sur pied alors qu’ils étaient en route pour le village d’hiver.

      A cet instant, Fils-de-Soldat prend le dessus sur Jamère qui se retrouve alors isolé et prisonnier dans son propre corps sans pouvoir pour autant le commander. Il assiste donc tel un spectateur à ce que son double oscellion fait.

      Une fois à peu près remis, ils se dirigent vers le Troc mais avant passe quelques jours à rebatir ses forces, sa magie après avoir fait un retour à la taille S, honte pour n’importe quel Opulent.
      Là-bas il reçoit une invitation de la part de Kinrove, Opulent des Opulents, et se voit menacer par Dasie, une autre Opulente qui décide d’arrêter la danse de la terreur pour sauver ses « esclaves » et les ramener aux familles. Elle décide de mener elle-même le Peuple à faire fuire les Gerniens, mais alors qu’elle est sur le point de tuer Fils-de-Soldat, celui-ci dit savoir comment les faire partir.

      C’est ainsi que tout commence, les préparatifs, les projets, les plans…

      Après la défaite de leur plan et la mort brutale de Dasie, Fils-de-Soldat ne sait plus quoi penser, il finit par joindre Lisana grâce à Jamère, et décide qu’il est temps de réunir ses deux moitiés. C’est ainsi qu’il va chez Kinrove pour danser afin que Kinrove le réunisse une fois pour toute..

      J’ai littéralement dévoré ce tome, je voulais absolument savoir ce qu’il advenait de Jamère, d’Epinie, de Spic. J’ai lu ce tome donc en anglais, ce n’était vraiment pas une partie de plaisir car elle utilise des mots très étranges, des expressions et comme toujours beaucoup de descriptions qui parfois rendent les choses un peu confuses.

      Je crois qu’encore une fois R.Hobb a réussit à me transporter dans un univers bien à lui, sans pour autant atteindre à nouveau l’AR, je crois qu’elle a réussit son pari à nous faire entrer dans un personnage tel que Jamère, divisé plus que jamais.

      Je ne crois pas être capable de lui reprocher réellement quoi que ce soit, je n’arrive pas à imaginer les choses différement de la façon dont elle l’a fait.
Je ne regrette encore qu’une chose, et encore…Ce n’est pas un réel regret, mais le fait que ses livres sont toujours des Happy End.

      Comme si la justice venait et remettait tout en ordre. Après avoir fait les milles coups à ses personnages, leur mettre sur les épaules la misère du monde, les avoir fait endurer mille supplices, elle équilibre les choses en disant « voilà, toi tu agis de cette façon, voilà ce que tu récoltes ».

      Même si ça ne reflète pas réellement la réalité, on se sent tout de même appaisé que dans un monde, même imaginaire la justice est rendu, que le karma fait bien les choses, la roue tourne, et l’on peut rêver l’espace d’un instant que ce sera de même pour nous.

Ce que j’ai aimé le plus dans cette série, c’était cette confrontation de l’homme blanc qui sait tout, naivement gentil, mais qui fait plus de mal que de bien au fond, et de l’homme natif qui vit comme il l’a toujours fait, mais se voit écraser par ses ennemis, mais ne peuvent se défendre. C’est une image très critique de la société et elle reflète très bien ce que nous faisons. Ca m’a beaucoup fait penser au livre de Orson Scott Card avec le Cycle d’Ender (dont je dois toujours faire les billets).

Comme toujours je ressors très pensive des livres que je lis, j’en retire une morale, une conclusion, et ici je me suis demandé : est-ce que lorsque l’on croit aider, nous ne faisons pas plus de mal que de bien ? Mais surtout, que le mal et le bien sont des principes qui divergent autant que le nombre d’habitant sur terre..

      Pour finir, je dirai donc que ce livre est très bien même si il fut un peu lent à démarrer, toujours des descriptions et beaucoup de remise en question, beaucoup de répétition « qui suis-je vraiment » etc.. Mais il n’en reste pas moins que la plume de Robin Hobb est passé par ici et qu’il reste très agréable à lire. Comme je disais auparavant, ce n’est pas un livre que je recommanderai après une lecture de l’Assassin Royal rempli de nostalgie et voulant une quête aussi attachante que celle-ci. Il faut du recule et ne pas penser à Robin Hobb comme l’auteur de l’AR mais juste comme un très bon auteur de Fantasy avec qui l’on sait que l’on prendra du bon temps..

      En conclusion : Lisez-le !

Le choix du soldat – Le soldat chamane – Robin Hobb


https://i0.wp.com/ebeth-books.cowblog.fr/images/couv56734776.jpg

Titre original : Forest Mage
Nombre de Pages : 380
Année de parution : 2010
Édition : J’ai Lu

Résumé/Quatrième de couverture

Simple soldat, Jamère souffre de son obésité qui lui vaut moqueries et dédain. Le mépris tourne à la méfiance lorsqu’il est accusé de meurtre. Mais il est aussi un Opulent du peuple ocellion, qui vit une patie du temps avec Olikéa, à la fois amante, nourricière et qui lui enseigne la magie. Tiraillé entre ses deux existences, le jeune homme s’efforce de survivre aux terribles dangers qui parsèment sa route chaotique…

Avis

Après avoir lu le tome 4 si vite, je n’ai pas pu m’empêcher de me jeter sur ce nouveau tome pour l’engloutir encore une fois en l’espace d’une journée. Décidément les livres de Robin Hobb ne font jamais long feux chez moi !

Jamère est accusé du meurtre de Fala, et se voit en plus de ça peu à peu accusé d’harcèlement auprès de Carsina, et bientot de nécrophilie..
Il vit une « double vie », le jour il creuse des tombes, s’occupe du cimetière et la nuit il s’en va a la rencontre d’Olikéa et parfois de Lisana.. Spic le presse pour qu’il rencontre enfin Epinie, mais celui-ci hésite toujours et encore.. Quant à Amzil elle est arrivée et vit chez Spic et Epinie en tant que bonne après avoir tué un homme à Ville-Morte.

Le printemps et là avec ça, la peste Oscellionne qui tombe alors qu’un cortège venu de Tharès-la-Vieille se trouve à Guettis. Elle frappe comme jamais auparavant, et les morts se relèvent alors pour faire tomber Jamère dans une embuscade, il sera alors jugé pour nombres de méfaits dont nécrophilie sur Carsina, la fiancé de l’officer Thayer.

Je crois que le point décisif arrive tout doucement, et je me réjouie d’avance à savoir ce qu’il va se passer, les pages tournent plus vites que leurs ombres, et c’est à peine que j’ai le temps de dire ouf que le livre est fini.

Même s’il n’y a pas de réel point d’attache auquel on revient souvent, le livre en lui-même est très attachant.. On arrive enfin au point de « non retour » où l’on sait que l’on ne décollera pas le nez de son livre avant de le finir, quitte à passer des nuits blanches, à ne plus manger et boire !

Je suis décidément très étonnée de la tournure que prend ce livre, je n’aurai pas cru m’y plonger à ce point, mais après tout, je suis ravie !

La magie de la peur – Le soldat Chamane – Robin Hobb

https://i2.wp.com/ebeth-books.cowblog.fr/images/couv57707716.jpg

Titre original : Forest Mage
Nombre de Pages : 314
Année de parution : 2009
Édition : J’ai Lu

Quatrième de couverture / Résumé

Désavoué par son père qui ne se résigne pas à le voir obèse, Jamère, dont la famille vient en partie d’être décimée par la peste ocellionne, part de Grandval avec l’intention de poursuivre son destin de fils militaire, quitte à s’engager comme simple soldat. II prend la direction de Guetis, près de la frontière où s’achève provisoirement la Route du roi. En chemin, il croise Buel Faille, éclaireur de l’armée, qui lui ouvre les portes du régiment stationné à Guetis. Il se voit assigné au cimetière de la ville. Là, il affronte pour la première fois la magie et la peur qu’exhalent les montagnes occupées par les Ocellions, en même temps que le pouvoir qu’il sent croître en lui…

Avis

Alors que Jamère vient se de faire désavouer, il s’embarque pour Guettis, dans le but de se faire enroler le plus loin possible, il se voit obliger de quitter Siraltier et d’acheter un cheval étant capable de porter son poids. Sur la route de Guettis, il ne trouve guère de réconfort, son poids l’empêche de se faire enroler et de se faire aider, il va devoir se débrouiller pour se nourrir lui et son cheval. Arrivé à ville-morte, il demande de à ce que l’on l’héberge et qu’on le nourrisse en échange d’argent, mais se voit refuser par tous sauf par Amzil qui décide de le prendre à condition qu’il s’occupe de quelques tâches dont elle n’est pas capable.

Un mois passe jusqu’à ce que le lieutenant Faille arrive dans un état critique, Jamère se doit de lui porter son aide et repart avec lui pour Guettis, c’est ainsi qu’il s’enrolera dans l’armée.
Il va découvrire la terreur qui y règne, mais aussi apprendra son nouveau statut d’Opulent, découvrira peu à peu la mystérieuse Olikéa..

Que dire ce tome ? L’action arrive enfin, l’envie de lire, de finir le livre qui ne commence à peine arrive, et l’on sent que bientot on ne pourra plus s’arrêter. J’ai trouvé la description de la forêt très intéressantes et encore une fois, il ne manque pas de détails.
Je ne peux qu’encourager ceux qui commence cette série à aller de l’avant et à ne pas baisser les bras devant ces premiers tomes !

Le fils rejeté – Le soldat chamane – Robin Hobb

https://i2.wp.com/ebeth-books.cowblog.fr/images/couv20052610.jpg

Titre original : Forest Mage
Nombre de Pages : 372
Année de parution : 2009
Édition : J’ai lu

Quatrième de couverture / Résumé

La peste ocellionne a décimé l’Ecole de la cavalla.
Des centaines d’élèves et d’officiers ont perdu la vie, et ceux qui ont survécu ont dû renoncer à leur carrière militaire. Chez eux, seules la dépendance et la déception les attendent. Tandis que l’infirmerie se vide, Jamère s’apprête lui aussi à rejoindre les siens pour assister au mariage de son frère aîné. Loin d’être brisé comme ses infortunés compagnons, il arbore un généreux embonpoint. A la vérité, il ne cesse de grossir malgré les exercices et les privations qu’il s’impose quotidiennement.
La nuit, la femme-arbre hante ses rêves, des rêves dans lesquels sa propre nature ocellionne trahit tout ce qui lui est cher. La peste aurait-elle affecté plus que son corps ?

Avis

Enfin de l’action dans ce tome, ça bouge, et pas qu’un peu. L’impatience comment à monter peu à peu, on a envie de savoir ce qu’il va se passer ! Sauter les étapes, prendre le prochain tome et se goinfrer d’informations.

Ce terme « goinfrer » est tout à fait adapter à ce tome, au vu de la corpulence de Jamère, je suis très triste qu’il soit devenu aussi gros, voir obèse, moi qui fantasmait presque sur son beau corp de militaire de la cavalla, le voilà réduit à néant, sans espoir de futur avec un père qui me tape sérieusement sur les nerfs !

J’ai trouvé Jamère très énervant, car il se plaignait beaucoup, je le comprends dans un sens, surtout qu’il n’a personne à qui parler réellement et si tel est le cas, personne ne le crois et l’insulte en le traitant de boulimique.

Il continu à ne pas croire réellement en la magie et pourtant, ses pouvoirs commencent à apparaitre réellement, quand cessera-t-il de nier la vérité ?

En conclusion : une fin qui laisse sur la faim (merci au découpage des éditions française), et une grande hâte à lire la suite en espérant de ce Jamère arrête de se lamenter sur son sort…

Le cavalier rêveur – Le soldat Chamane – Robin Hobb

https://i2.wp.com/ebeth-books.cowblog.fr/images/couv23406792.jpg

Titre original : Shaman’s Crossing
Nombre de Pages : 376
Année de parution : 2008
Édition : J’ai Lu

Quatrième de couverture / Résumé

Jamère Burvelle poursuit ses études à l’Ecole royale de cavalerie, mais l’antagonisme entre fils d’anciens et de nouveaux nobles croît toujours, attisé par le directeur de l’établissement qui expulse des élèves de la nouvelle aristocratie. La tension mène à des affrontements. Pris dans cette tourmente, Jamère doit faire face aux exigences de la Femme-arbre qu’il voit dans ses rêves…

Avis

Pour ce deuxième tome, un peu plus d’action que dans le premier, c’est une chose qui me rassure, car j’avais un peu peur que ça ne dure trop longtemps.

Jamère est à présent bien inséré dans la nouvelle école, et malgré la rigueur imposé il reste un très bon élève. Il commence à rêver de plus en plus de la femme arbre et de son double, mais pense que ce ne sont que des rêves, après tout, ça ne peut être possible, n’est-ce pas ?

Dans ce tome je me suis beaucoup éprise d’Epinie qui ne me semble plus une enfant gâtée, mais une femme qui sait ce qu’elle souhaite et surtout qui ne se laisse pas diriger comme sa mère le souhaite.

Suite aux discussions d’Epinie et Jamère, celui-ci commence à douter de l’amour que Carsina porte pour lui, ne serait-ce qu’un mariage arrangé ? N’est-ce que de la politique ?

Encore une fois R.Hobb m’éblouit par son imagination, je ne me lasserai pas de ses livres, malheureusement on a beaucoup de mal à s’attacher aux personnages, la plupart meurent, sont peu présent, et c’est bien dommage.. Encore une fois je regrette qu’il n’y ait pas de liens privilégier comme dans l’AR.

Mis à part le Dr.Amicas un peu présent dans ce tome, il n’y a personne à qui se rattacher..

Néanmoins, j’ai lu assez vite ce tome et je pense que cela indique que l’histoire suit une bonne voie.

« Older entries