Renegade’s Magic – Robin Hobb

https://i2.wp.com/ebeth-books.cowblog.fr/images/TSS3.jpg


https://i0.wp.com/ebeth-books.cowblog.fr/images/LSC678.png

Titre original : Renegade’s Magic
Nombre de Pages : 760
Année de parution : 2007
Edition : HarperCollins

Livres correspondants français aux éditions J’ai Lu
– Le renégat – 347 pages – 2010
– Danse de la terreur – 283 pages – 2011
– Racines – 286 pages – 2011


Résumé

Gernian soldier Nevare Burvelle escapes from prison with some help from his lover, Lisana, who divided his soul so that he could become a Speck mage called Soldier’s Boy. The two personalities now awkwardly time-share Nevare’s body. Using Soldier’s Boy’s powers, Nevare tries to destroy the Gernian road that threatens to ravage the Specks’ forest home, and almost dies from exhaustion. Nursed back to health by Olikea, the Speck woman whose sole duty is to feed him enough to power his magic, Nevare must find a way to keep Gernia from destroying the forest, prevent the Specks from further spreading the plague that has decimated the Gernians and reunite the severed halves of his soul. Hobb’s dreamy prose is sometimes weighed down by a confusing magical system and glacial pacing, but she provides a stunning resolution to this epic fantasy about the importance of environmental and social balance.
Avis

      N’ayant pas le tome 7 sous la main, j’ai décidé que je ne pouvais plus attendre et me suis lancée dans ce dernier tome en anglais ! Nous voici donc « à la fin », les pages décisivent se dressent devant nous, le coeur bat à tout rompre, l’impatience et l’excitation montent d’un cran, on a envie de connaitre la fin.

      Je ne vous parlerai pas de ces tomes séparéments, vu que je les ai « enchainé » dans un seul même livre, donc la moitié en l’espace d’une nuit…Donc si vous n’avez pas tout fini, sachez qu’il y a un gros spoiler !

      Jamère (Nevare) toujours en prison pour des crimes qu’il n’a jamais commis et libéré avec l’aide d’Epinie, Amzil et Lisana, mais il doit s’en aller vers les Oscellions, là où il peut encore avoir une vie et accomplir ce que la magie attend de lui. Sur le route il décide d’utiliser la magie pour ralentir les Gerniens dans la construction de celle-ci puis ayant vidé toute sa magie, s’évanouie au bord de la mort, c’est alors que grâce aux Kaembras sa nourrice Olikéa revient avec Jodoli et sa propre nourrice pour le remettre sur pied alors qu’ils étaient en route pour le village d’hiver.

      A cet instant, Fils-de-Soldat prend le dessus sur Jamère qui se retrouve alors isolé et prisonnier dans son propre corps sans pouvoir pour autant le commander. Il assiste donc tel un spectateur à ce que son double oscellion fait.

      Une fois à peu près remis, ils se dirigent vers le Troc mais avant passe quelques jours à rebatir ses forces, sa magie après avoir fait un retour à la taille S, honte pour n’importe quel Opulent.
      Là-bas il reçoit une invitation de la part de Kinrove, Opulent des Opulents, et se voit menacer par Dasie, une autre Opulente qui décide d’arrêter la danse de la terreur pour sauver ses « esclaves » et les ramener aux familles. Elle décide de mener elle-même le Peuple à faire fuire les Gerniens, mais alors qu’elle est sur le point de tuer Fils-de-Soldat, celui-ci dit savoir comment les faire partir.

      C’est ainsi que tout commence, les préparatifs, les projets, les plans…

      Après la défaite de leur plan et la mort brutale de Dasie, Fils-de-Soldat ne sait plus quoi penser, il finit par joindre Lisana grâce à Jamère, et décide qu’il est temps de réunir ses deux moitiés. C’est ainsi qu’il va chez Kinrove pour danser afin que Kinrove le réunisse une fois pour toute..

      J’ai littéralement dévoré ce tome, je voulais absolument savoir ce qu’il advenait de Jamère, d’Epinie, de Spic. J’ai lu ce tome donc en anglais, ce n’était vraiment pas une partie de plaisir car elle utilise des mots très étranges, des expressions et comme toujours beaucoup de descriptions qui parfois rendent les choses un peu confuses.

      Je crois qu’encore une fois R.Hobb a réussit à me transporter dans un univers bien à lui, sans pour autant atteindre à nouveau l’AR, je crois qu’elle a réussit son pari à nous faire entrer dans un personnage tel que Jamère, divisé plus que jamais.

      Je ne crois pas être capable de lui reprocher réellement quoi que ce soit, je n’arrive pas à imaginer les choses différement de la façon dont elle l’a fait.
Je ne regrette encore qu’une chose, et encore…Ce n’est pas un réel regret, mais le fait que ses livres sont toujours des Happy End.

      Comme si la justice venait et remettait tout en ordre. Après avoir fait les milles coups à ses personnages, leur mettre sur les épaules la misère du monde, les avoir fait endurer mille supplices, elle équilibre les choses en disant « voilà, toi tu agis de cette façon, voilà ce que tu récoltes ».

      Même si ça ne reflète pas réellement la réalité, on se sent tout de même appaisé que dans un monde, même imaginaire la justice est rendu, que le karma fait bien les choses, la roue tourne, et l’on peut rêver l’espace d’un instant que ce sera de même pour nous.

Ce que j’ai aimé le plus dans cette série, c’était cette confrontation de l’homme blanc qui sait tout, naivement gentil, mais qui fait plus de mal que de bien au fond, et de l’homme natif qui vit comme il l’a toujours fait, mais se voit écraser par ses ennemis, mais ne peuvent se défendre. C’est une image très critique de la société et elle reflète très bien ce que nous faisons. Ca m’a beaucoup fait penser au livre de Orson Scott Card avec le Cycle d’Ender (dont je dois toujours faire les billets).

Comme toujours je ressors très pensive des livres que je lis, j’en retire une morale, une conclusion, et ici je me suis demandé : est-ce que lorsque l’on croit aider, nous ne faisons pas plus de mal que de bien ? Mais surtout, que le mal et le bien sont des principes qui divergent autant que le nombre d’habitant sur terre..

      Pour finir, je dirai donc que ce livre est très bien même si il fut un peu lent à démarrer, toujours des descriptions et beaucoup de remise en question, beaucoup de répétition « qui suis-je vraiment » etc.. Mais il n’en reste pas moins que la plume de Robin Hobb est passé par ici et qu’il reste très agréable à lire. Comme je disais auparavant, ce n’est pas un livre que je recommanderai après une lecture de l’Assassin Royal rempli de nostalgie et voulant une quête aussi attachante que celle-ci. Il faut du recule et ne pas penser à Robin Hobb comme l’auteur de l’AR mais juste comme un très bon auteur de Fantasy avec qui l’on sait que l’on prendra du bon temps..

      En conclusion : Lisez-le !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s